Africa Fintech Forum 2018 : Touré Sorry : « la fintech islamique est ce que la finance islamique est pour la finance conventionnelle »

Abidjan a reçu du 26 au 27 novembre 2018, la 2e édition de l’Africa Fintech forum. Le grand rendez –vous de la fintech en Afrique de l’ouest. A cette occasion, une découverte intéressante a capté notre attention .Il s’agit de la fintech islamique. M.Touré Sory, spécialiste en finance islamique, nous en dit plus sur cette fintech.

0
115

BankassurAfrik : Bonjour Monsieur Touré , présentez-vous  ainsi que votre organisation .

Touré Sory :   Je suis Touré Sory , spécialiste en finance islamique, au niveau de Attijariwafa bank groupe, la société ivoirienne de banque en Côte d’Ivoire.

Pouvez-vous nous dire ce que c’est que la fintech Islamique ?

Touré Sory :   La fintech Islamique c’est l’utilisation de la technologie financière pour pouvoir mener des activités, des financements qui respectent les principes de la finance islamique. Et qui parlent des principes de la finance islamique parle des principes qui respectent les normes du droit commercial islamique.

Quelle est donc sa particularité ?

Touré Sory :   Comme je le dis toujours, la fintech islamique est ce que la finance islamique est pour la finance conventionnelle. Sa particularité  est donc le respect des principes du droit commercial islamique. C’est à dire les éléments qui sont interdits on ne doit pas les faire comme l’usure, le financement des activités qui ne sont pas charia compatibles. Un autre domaine de la fintech islamique, c’est la partie sociale. Parce que ce qu’il faut remarquer, c’est que aujourd’hui avec le taux de bancarisation dans nos pays qui sont assez bas, Il faut trouver d’autres moyens pour atteindre certaines populations. Et pour les atteindre, il faut utiliser de sources de financements qui respectent aussi certains normes du droit commercial islamique. Donc la fintech  islamique sera utilisé comme un instrument pour pouvoir atteindre ses différents objectifs tout en respectant ses différentes normes.

Et qu’est ce qui la différencie des autres fintech ?

Touré Sory :   Comme je le dis la technologie  est neutre, mais ce qui la différencie des autres fintech c’est son applicabilité, le domaine dans lequel on voit  cette fintech.  Je prends un  simple exemple. Vous avez tout ce qui est  le crowfunding. Le crowfunding c’est une technologie qui est neutre mais on parle de crowfunding islamique parce que le mode de financement, de structuration de la plateforme va respecter les normes de la charia. C’est à dire que s’il y’a des crowfunding islamique pour financer des maisons dans ce cas, on va utiliser des modes de financements basés sur la MORABAHA, sur l’IDJARI ou sur le SALAM ETC pour pouvoir faire ces financements. Vous avez aussi d’autres types de fintech qui sont dans l’Accès Management, c’est-à-dire le conseil en termes d’investissements. Des structures permettent aux gens de pouvoir faire des choix optimaux tout en respectant les principes de la finance islamique sur le marché financier. Donc ils peuvent faire d’investissements sur des titres qui sont charia compatibles.

Pensez –vous que la fintech Islamique a de l’avenir ?

Touré Sory :   Bien entendu, la fintech Islamique a de l’avenir et un très grand avenir  parce que il y’a des domaines de la fintech islamique qui ne sont pas encore exploités .De façon générale, vous avez tout ce qui est waff qui  sont en fait, des types de donations et vous avez la partie ;la mobilisation de l’Asacarte  qui aujourd’hui n’est pas optimale donc la fintech permet de jouer ce rôle.  Vous avez aussi des solutions comme la  blockchain sur lesquelles on peut travailler pour pouvoir développer cette fintech. Ce qui se passe aujourd’hui c’est que  souvent il y’a le manque de confiance qui existent entre ceux qui donnent leur argent et sur ceux qui collectent. Mais des solutions qui sont développées sur la blockchain permettent de diluer ce doute. En effet, toutes les transactions qui vont se faire sur cette plateforme seront des transactions qui ne peuvent pas être corrompues puisque ce sont des transactions immutables. Donc a de l’avenir dans ce domaine. Vous avez aussi le marché du HALAN. Aujourd’hui conseiller les personnes pour faire des transactions qui respectent tout ce qui est Halan peut ‘être utilisé. Aujourd’hui le marché du Halan c’est un gros marché mais on n’a pas de solutions assez pratiques et assez légères qui permettent de pouvoir atteindre notre cible surtout que vous avez une population musulmane qui grandit cela veut dire qu’il y’a un marché potentiel qui existe.

Que pensez-vous de l’Africa Fintech Forum ?

Touré Sory :   Je pense que l’africa Fintech Forum  est un forum très très intéressant. C’est un forum qui donne d l’avenir à la fintech au niveau de l’Afrique. Aujourd’hui l’Afrique est un continent qui a de l’avenir en termes de population. Puisse que l’Afrique sera dans les années  2050 à plus de 2 milliards d’habitants. Donc c’est un gros marché .Nous avons aussi un taux de bancarisation qui est très faible au niveau  de l’Afrique. Donc des solutions ou on va directement  à la rencontre du consommateur ou il y’a des nouveaux types de  produits qui permettent aux populations d’avoir son autonomie financière. L’inclusion financière comme on le dit sont des choses qui peuvent être  intéressantes pour l’Afrique Des rencontres comme l’Africa Fintech Forum sont des rencontres qui essaient de libérer ce potentiel qui existent au sein  des jeunes africains qui je pense sont l’avenir de cette l’Afrique qui pourront permettre à l’Afrique d’atteindre cette autonomie financière.

Merci à vous M.Touré

Touré Sory : C’est moi qui vous remercie.

Nomel Meliane

 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici