Burundi : les opérateurs sommés de séparer leurs activités télécoms et Mobile Money

0
68
credit photo: iwacu
Au Burundi, les opérateurs de téléphonie mobile proposant des services financiers  sur mobile  doivent désormais séparer ces deux activités. L’annonce a été faite ce lundi 6 novembre lors du point de presse organisé par la Banque de la République du Burundi (BRB).

 

La Banque centrale  demande donc aux opérateurs de se doter de filiales uniquement dédiées au Mobile Money. Cette décision est «  préconisée par un nouveau cadre réglementaire, qui remplace celui qui était en vigueur depuis 2003. », a indiqué Prosper Ngendanganya, le directeur chargé de l’inspection à la BRBM.

M. Ngendanganya  a également révélé qu’un délai de trois mois, avait été accordé aux opérateurs télécoms en juillet dernier pour se conformer à ce nouveau règlement. Aussi, Lumitel, Econet et Smart doivent créer des sociétés autonomes pour l’exploitation de leurs services financiers sur mobile. Par ailleurs, « la Banque centrale est en consultation régulière avec ces sociétés télécoms pour les accompagner dans leur mise en conformité totale avec la nouvelle loi bancaire. » a-t-il-indiqué.

Pour rappel, cette nouvelle réglementation, a été adoptée par le Burundi dans un souci d’harmonisation de ses politiques bancaires avec celles de la Communauté des pays d’Afrique de l’Est (CEA). Ainsi, la Tanzanie a déjà procédé à ce réajustement réglementaire en 2015 à travers le National Payment Systems Act et l’Electronic Transactions Act. Les opérateurs télécoms présents sur son marché se sont mis en règle cette année.

Au Kenya, la même scission des activités télécoms et Mobile money, a été engagée.

 

Avec Agence Ecofin

 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici