Private Equity Toute l'actualité de la Finance

Investisseurs & Partenaires lance un fonds de 80 millions € pour les PME africaines

Le groupe d’investissement d’impact dédié aux PME d’Afrique sub-saharienne, Investisseurs & Partenaires a lancé ce  lundi 11 décembre son deuxième fonds I&P Afrique entrepreneurs (IPAE 2). Ce fonds permettra de financer 30 à 40 PME africaines au cours des cinq prochaines années. Doté pour l’instant de 50,3 millions d’euros, il atteindra à terme 80 millions d’euros.

 

 

À l’occasion de son quinzième anniversaire, Investisseurs & Partenaires (I&P), a annoncé cette semaine un premier closing de plus de 50 millions d’euros pour son nouveau fonds IPAE 2.  Il prend la relève du premier IPAE 1 lancé en 2012.  Même si l’ADN du fonds reste le même, c’est-à-dire,  promouvoir l’entreprenariat africain, IPAE 2 est plus important en taille. Et il offre aux PME des financements, en fonds propres et quasi fonds propres en minoritaire, plus élevés par rapport à IPAE1.

Alliant rentabilité économique et impacts sociétaux, ce nouveau fonds cible des PME africaines en expansion dont les besoins en financements sont compris entre 300 000 euros et 3 millions d’euros.

L’ambition est de financer 30 à 40 entreprises dans les prochaines années dans des secteurs diversifiés avec une prédominance de l’agro-industrie et des services.

 

Entre 30 à 40 startups et entreprises africaines soutenues dans les 5 prochaines années

 

Doté à terme de 80 millions d’euros, IPAE 2 va investir en fonds propres et quasi fonds propres en minoritaire dans 30 à 40 startups et entreprises situées en Afrique Subsaharienne et dans l’Océan Indien.  I&P a ainsi  pour objectif de favoriser la construction un secteur privé durable et performant.

IPAE 2 vise également l’implantation en Afrique de l’Est en créant un hub d’investissements depuis Nairobi pour opérer dans l’ensemble de la sous-région.

L’approche d’investissement reste généraliste, tout en ciblant les secteurs qui contribuent à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD).  Notamment l’agrobusiness, la santé, les BTP, les énergies renouvelables, la microfinance, l’industrie,  les produits et services B2B…

 

Agro-industrie et services, les secteurs prédominants

 

Comme dans le précédent fonds, l’agro-industrie et les services auront une part prépondérante dans IPAE 2.  Tout simplement parce qu’ils reflètent la structure économique des pays dans lesquels intervient I&P, selon ses dirigeants.

A titre d’exemple, avec IPAE 1, doté de 54 millions € , I&P a investit dans le fournisseur de fruits et légumes frais Eden Tree au Ghana ou dans la boulangerie semi-industrielle Tincy au Bénin.  Ou encore dans l’entreprise de boisson Barajii au Burkina Faso. Globalement, le secteur de la nutrition et de l’agrobusiness a représenté 20% des investissements d’IPAE 1.

Par ailleurs, dans le domaine de l’agriculture au sens large, I&P, qui a aussi fortement soutenu la microfinance, a engagé une réflexion sur la microfinance rurale.

 

Tour de table équilibré, confiance renouvelée

 

Le premier closing de 50,3 millions d’euros annoncé cette semaine est composé à parts égales entre nouveaux investisseurs et réinvestissements. Le tour de table s’appuie à 45%  sur des investisseurs publics  tels que Proparco, la Banque Européenne d’Investissement (BEI),  ou Pla SFI.

Il compte également 38% d’investisseurs privés corporate et financiers dont le fonds d’impact d’AXA IM et  la Société générale. Ainsi que 17% d’investisseurs individuels et fondations.

«  Nous sommes fiers d’avoir en volume comme en nombre dans des proportions aussi significatives des investisseurs privés dans un véhicule financier plus risqué, plus dangereux, peut-être moins rentable que dans des investissements classiques » souligne Jean-Michel Severino, président d’I&P.

 

Un retour financier significatif et des impacts sociaux et environnementaux de haut niveau.

 

IPAE 2 vise un retour financier significatif et des impacts sociaux et environnementaux de haut niveau. Notamment en matière d’extension de la base entrepreneuriale, le recours à la sous-traitance locale, la création d’emplois. Ainsi que la promotion de l’entreprenariat féminin, la défense de l’environnement, l’implantation dans des pays fragiles…

La profitabilité n’est pas oubliée  pour autant, avec une rentabilité nette aux alentours de 8 à 9 %. Elle devrait se poursuivre en dépit d’une conjoncture économique moins favorable en Afrique. «La croissance africaine s’est très fortement ralentie ces dernières années ».

Mais cela ne semble point inquiéter le fonds qui est surtout présent en Afrique de l’Ouest et dans l’Océan indien. Des zones « qui ont des croissances de plus de 5% » souligne Jean-Michel Severino.

 

Pour rappel, depuis le premier programme de financement de I&P, en 2002, 5 000 emplois ont été créés ou soutenus, 10 000 personnes ont obtenu un accès durable à l’eau et à l’électricité. En outre 80 % des entreprises soutenues ont offert une couverture santé à leurs salariés et 90 % d’entre elles répondent à des besoins locaux.
 

Viviane Yoboué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *