La réassurance va mal

Selon Atlas magasine, Le secteur de la réassurance va mal. Les primes ne font que augmenter. L’amélioration des résultats de 2018, qui avait procuré une bouffée d’oxygène au secteur joue contre lui. la réassurance se trouve donc dans une impasse.

0
125

Les gros nuages qui planent sur la tête de la réassurance, ne sont pas prêts de se dissiper. Cette situation serait due à la chute progressive des taux appliqués lors de chaque renouvellement.

Selon le magasine, la première inquiétude des réassureurs se situe au niveau de la sinistralité. Celle ci  pèse de moins en moins sur les primes. En effet,en 2018, les taux ont peu augmenté. Et ce, après une année 2017 particulièrement marquées par de graves  catastrophes naturelles.

Ainsi, En 2017, le marché a enregistré 135 milliards USD de perte. Alors que la moyenne annuelle des 30 dernières années était de 35 milliards USD. Les réassureurs se sont donc retrouvés en mauvaise posture devant des cédantes qui ont majoritairement imposé leurs conditions.

La solution préconisée, les fusions-acquisitions, ont prouvé leur efficacité avec le non redressement des taux. Le nombre de réassureurs ne cesse de baisser d’année en année, pendant que la capacité s’accroît. Les résultats n’ont donc pas été à la hauteur des attentes.

Par ailleurs, alors que le marché est de plus en plus concentré, les taux baissent.En effet, les cinq premiers réassureurs contrôlent 53% de la prime mondiale de réassurance en 2017, contre 23% en 1990. La prime mondiale de réassurance étant de 250 milliards USD. Explique le magazine.

La réassurance alternative ou financière, a amené une capacité supplémentaire de 90 milliards USD en 2017. Mais,est reste focalisée sur les catastrophes naturelles. En fait, la surcapacité provient de la réassurance traditionnelle qui noie le marché avec ses 516 milliards USD de capital à fin 2017.

Pour rappel, La réassurance est un contrat par lequel une société spécialisée (le réassureur ou le cessionnaire) prend en charge une partie des risques souscrits par un assureur (la cédante) auprès de ses assurés. Par cette opération, le réassureur s’engage à rembourser à l’assureur en cas de réalisation du risque, une partie des sommes versées au titre des sinistres et perçoit en contrepartie une portion des primes originales versées par le ou les assurés.

Meliane Nomel

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici