Mobile money : En Côte d’Ivoire, confusion autour de l’augmentation des tarifs

Depuis le lundi 25 février les compagnies de téléphonie mobiles ont augmenté les tarifs des transferts mobile money en Côte D’ivoire. Sous l’œil mécontent des consommateurs. Cependant, les autorités compétentes admettent ne pas donner accord à cette décision de l’union des télecommunication de Côte d’Ivoire. Ce qui plonge le consommateur dans une confusion totale.

0
384

Pour vous permettre de mieux comprendre la situation, revenons sur les faits par ordre chronologique.

En début d’année 2019, l’Union des entreprises de téléphonie de Côte d’Ivoire (UNETEL)  a, dans un communiqué annoncé la hausse de 7,2 % des tarifs de transferts d’argents en Côte d’Ivoire. Selon l’union, cette nouvelle disposition a été prise en application  de nouvelles taxes aux entreprises  de transfert d’argent par téléphone mobile. Informations contenues dans l’annexe fiscale à la loi n°2018-984 du 28 décembre 2018 portant budget de l’Etat pour l’année 2019.

Pour plus d’infos https://bit.ly/2Ty4xdB

Quelques temps après, dans un communiqué, la Direction générale des Impôts (DGI), a fait une mise au point relative à l’application des taxes sur les mobile money. L’institution étatique indiquait à cet effet que ces taxes qui existaient déjà dans le dispositif fiscal, sont exclusivement à la charge des entreprises de transfert d’argent par téléphone mobile et non de l’usager. Par conséquent, la répercussion de ces taxes sur les consommateurs est « illégale, constitue un détournement de la lettre et de l’esprit de la loi fiscale, et est contraire à la politique fiscale de l’État qui est résolument tournée vers des actions sociales par un soutien accru aux ménages ».

Contre toutes attentes ce lundi 25 février, les tarifs des transferts de mobile money ont effectivement changés sous l’œil étonnant des consommateurs. Les opérateurs de téléphonies mobiles ont informés soit par SMS soit par courriers officiels leurs consommateurs sur la hausse des tarifs mobile money.

Note d’information d’Orange CI

sms reçu de moov CI

Fait que confirme un internaute : J’ai fait un transfert de 50.000 FCFA et les frais étaient 1200 FCFA. Pour un transfert de 5000 FCFA, on m’a taxé 300 FCFA affirmait un autre.

Ce qui provoque la grogne des consommateurs ivoiriens. Ainsi, Pour Monsieur Klebien F, c’est une véritable “cacophonie qui se joue actuellement dans le domaine du mobile money et c’est le consommateur qui sort perdant dans tous ça. on a l’impression que les sociétés de téléphonie ne veulent pas voir leurs bénéfices diminuer et veulent faire supporter ces mesures fiscales sur le dos des clients. quand on sait que ces sociétés engrangent des bénéfices colossaux c’est révoltant
» A t’il déclaré. Mlle Tenin T quand à elle indique qu’ «  Il faut qu’on se  lève » et que cette situation est vraiment «  abusé »

Dans la foulé, l’autorité de régulation des Télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire publie un communiqué ce mardi 26 février 2019. L’institution étatique s’inscrit dans la même veine que la DGI voire même plus loin, exigeant aux compagnies de téléphonie mobiles « l’arrêt immédiat » des nouveaux tarifs.

Ce qui sème la confusion chez les consommateurs Ivoiriens. Des interrogations fusent de partout. Qui écouter finalement ? Pourquoi les compagnies de téléphonie mobiles ont ‘elles ignoré le communiqué de la DGI? Si elles retournent aux tarifs passés, vont ’elles reverser la différence aux consommateurs ?  Où sont les associations des consommateurs?

Pour le moment, les associations des consommateurs n’ont pas fait de déclarations publiques. Face à tout cela, nous attendons la réaction des autorités ivoiriennes.

En attendant la suite des evènements, les consommateurs subissent les nouveaux tarifs des transferts d’argent par mobile money.

Pour rappel, au troisième trimestre de l’année 2018, les souscriptions au service mobile money en Côte d’Ivoire ont augmenté .Soit une progression de plus de 20 milliards FCFA des recettes. Indique l’autorité de régulation des télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI) dans son rapport du 3e trimestre des statistiques du marché des télécommunication de janvier 2019.

Meliane Nomel

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici