Mouvement de grève du Synabef : Banques et Assurances du Mali paralysées pendant 72h

0
48
Suite à plusieurs tentatives infructueuses pour obtenir la réintégration d’un de leurs membres licencié par la NSIA Mali, le Syndicat National des Banques, Assurances, Etablissements Financiers et Commerces du Mali (SYNABEF) observe une grève de 72 heures  depuis  le 22 août 2017.

 

Pour le moment, cette grève  est largement suivie dans la capitale Bamako où  les banques et compagnies d’assurances restent fermées. Toutefois, un service minimum est assuré à travers les guichets automatiques.

Les faits qui remontent à environ six mois, opposent Mr Issiaka Traoré, secrétaire général du comité syndical de NSIA Mali à sa société employeur.

Pour faire appliquer la loi sur la réduction de l’ITS (Impôt Sur le Revenu) suite à un accord entre l’UNTM (l’Union Nationale des Travailleurs du Mali) et le gouvernement, le syndicaliste adresse à sa direction plusieurs requêtes mais sans suite. Le secrétaire général finit par adresser un mail à sa directrice où il écrit : « Mme Bosso, ayez un peu de respect et d’égard pour le personnel ».Selon les faits relatés par nos confrères du  site Journal du Mali.

Des propos qui seront jugés outrageant et justifieront le licenciement du secrétaire général du comité syndical du NSIA Mali par sa direction, il y a maintenant 3 mois.

Après plusieurs tentatives de conciliation restées vaines, le syndicat lance donc un préavis de grève. Des tentatives au cours desquelles, l’inspection du travail a reconnu le non-respect par la société de la procédure de licenciement, selon les syndicats.

Un avis malgré lequel, la société procède au licenciement de Mr Traoré. La présente grève qui a donc pour objet d’obtenir la réintégration du syndicaliste pourrait se durcir, faute d’accord.

« Depuis le lundi surpassé, les négociations ont échoué au niveau de la commission de conciliation. On ne peut plus parler de licenciement abusif, c’est un licenciement illégal. Les responsables de NSIA ont violé la législation malienne. Après les 72 heures de grève, on envisagera une grève illimitée si la question n’est pas réglée», a déclaré Aguibou Bouaré, Secrétaire général du  SYNABEF.

 

Un mouvement social largement suivi au grand désarroi des usagers en plein préparatifs de la fête de la Tabaski .

 

Viviane YOBOUE avec Journal du Mali

 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici