Conférence Risques pays : Voici la note de la Côte d’Ivoire en 2024

0
1060

Lors de la conférence Risques pays organisée par Bloomfield Investment le jeudi 25 avril 2024, Stanislas Zézé a attribué la note de 6,5 sur 10 à la Côte d’Ivoire pour l’année 2024. Le rapport a été présenté devant plusieurs acteurs de l’économie ivoirienne, en l’occurrence la ministre de l’Economie, du Plan et du développement Nialé Kaba.

Cette note d’évaluation prend en compte plusieurs paramètres tels que le climat d’affaires (6,5), les performances macroéconomiques (8,1), la gestion des finances publiques (6,5), la solidité du système financier (6,3) et le risque sociopolitique (4,9). Selon le premier responsable de cette structure de notation financière, la Côte d’Ivoire a progressé dans sa lutte contre la corruption avec un indice de perception de la corruption atteignant 40/100 en 2023, comparé à 37/100 en 2022.

Concernant le système monétaire et financier, en 2023, malgré « trois relèvements des taux directeurs par la BCEAO pour combattre l’inflation persistante dans l’UEMOA, l’inflation en Côte d’Ivoire a atteint 4,4% dépassant le seuil communautaire de 3%. Parallèlement, le secteur bancaire ivoirien a enregistré une performance solide en 2022, avec une augmentation des emplois, des ressources et du total bilan. De même la BRVM a connu une croissance notable en 2023, avec une hausse de la capitalisation globale et de la valeur des indices boursiers. ».

LIRE AUSSI: Economie : Abidjan accueille une énième édition de la conférence Risques pays

Pour la gestion des finances publiques, les recettes budgétaires ont augmenté de 17,4% en septembre 2023 par rapport à l’année précédente, dépassant l’objectif prévu. Les dépenses budgétaires ont également augmenté de 24%, principalement dirigées vers la dette publique, le personnel et les investissements. Bien que l’endettement total reste en dessous du seuil critique de 70% du PIB, représentant 55,9% du PIB en septembre 2023, le service de la dette par rapport aux recettes fiscales est en hausse de 68% et devient une inquiétude à surveiller à court et moyen terme. Le déficit budgétaire pour 2023 est estimé à 5,2% du PIB, dépassant la norme de 3%, mais en baisse par rapport à l’année précédente. L’année fiscale 2024 a été adoptée pour améliorer l’efficacité fiscale et contrôler les dépenses.

Pour la représentante du gouvernement ivoirien la ministre Nialé Kaba « sous le leadership du Président Alassane Ouattara, l’exécutif a mis en place un dispositif solide pour permettre à cette croissance du pays de réduire ses facteurs de risque en optimisant les efforts sur une économie viable ».

Ainsi, la Côte d’Ivoire voit sa note à long terme se bonifier de A- à A sur l’échelle de Bloomfield Investment Corporation. Sur le court terme, la première économie de l’UEMOA, avec 50% de la masse monétaire en circulation, maintient sa note A2 avec perspective stable. Ce rapport précise par ailleurs, « bien que la méthodologie de notation financière souveraine de Bloomfield Investment Corporation et la méthodologie d’évaluation de risque pays présentent des similitudes, « la présente étude n’est en aucun cas une évaluation de la qualité de crédit de l’Etat. »

Sandra KOHET