Le Congo se dote d’un Datacenter national pour renforcer sa souveraineté numérique

0
120

À Brazzaville, dans le quartier Bacongo, un nouvel immeuble est en construction pour abriter le futur datacenter (centre de stockage de données numériques) national de la République du Congo.

Financé par la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement congolais, ce bâtiment à l’architecture futuriste sera bientôt le centre névralgique de stockage et de traitement de toutes les données numériques de la République du Congo. Il hébergera aussi les différentes applications développées ou acquises par ce pays.

« Bientôt, le Congo sera le seul pays d’Afrique centrale à disposer de son propre datacenter. Les vidéoconférences qu’on organise ici ne transiteront, à terme, plus par un serveur basé en Europe, en Amérique ou ailleurs avant de nous revenir. Tout se passera ici », se félicite Michel Ngakala, coordonnateur du Projet de la dorsale à fibre optique d’Afrique centrale (CAB), composante du Congo.

Ce bâtiment de trois niveaux en construction abritera des salles serveurs, de contrôle et supervision, de réunion et de conférence ainsi que les emplacements pour les équipements d’énergie et de climatisation nécessaires au bon fonctionnement du datacenter.

« Dorénavant, nous pourrons héberger toutes les données publiques au niveau du datacenter, ainsi que celles des opérateurs de télécommunications, des banques, des compagnies d’assurance et des autres sociétés privées qui veulent les faire héberger ici, y compris les sauvegardes des sites de stockage primaires éventuels qu’ils utilisent », assure M. Ngakala.

Ce projet va consacrer la souveraineté numérique du pays et va contribuer au développement de l’économie numérique du Congo, il permettra aussi de renforcer sa sécurité numérique en étant maître de ses données.

En plus de ce datacenter, ce financement d’un coût total de 66,55 millions d’euros (52,47 millions d’euros de la BAD et 14,50 millions d’euros du gouvernement du Congo), a permis la pose d’un linéaire de plus de 600 kilomètres de fibre optique sur les axes d’interconnexion avec le Cameroun (341 km) et la République centrafricaine (281 km) via le fleuve Congo.

Selon les mêmes sources, les travaux de ce datacenter prendront fin en décembre 2024. Il sera géré par un délégataire (public ou privé) qui prendra en charge la gestion, la commercialisation et la maintenance de l’infrastructure.