Anacarde : un centre incubateur pour le développement des produits dérivés

0
96

Pour vulgariser la transformation de l’anacarde, un incubateur a été construit au sein du Centre d’innovations et de technologies de l’anacarde (CITA) à Yamoussoukro.

La cérémonie d’inauguration de ce centre pour le développement des produits dérivés de l’anacarde dénommé « Cajou Foodtech » s’est tenue le samedi 6 juillet, en présence du ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, du Développement rural et des Productions vivrières Kobenan Kouassi Adjoumani.

Cet incubateur mis en place par le conseil coton anacarde dans le centre de la Côte d’Ivoire a été réalisé avec le soutien financier de la Banque mondiale dans le cadre du Projet de promotion de la compétitivité de la chaine de valeur de l’Anacarde (PPCA) et avec pour partenaire technique l’Institut européen de coopération et de développement (IECD).

Bâti sur 400 m2, cette unité de production est amené à produire10 produits dérivés du cajou d’une capacité de traitement quotidien d’au moins 200 kg d’amandes et autant de pommes de cajou par jour. Elle vient renforcer le plateau technique du  CITA qui permettra de disposer au niveau national une technologie de pointe au service des agro-transformateurs et des PME de la petite transformation. 

L’objectif de Cajou Foodtech est de fournir au marché local de la consommation des PME compétitives mais surtout des produits de qualité afin d’optimiser la production des produits dérivés du cajou. Selon le ministre d’Etat Kobenan Kouassi Adjoumani, c’est une belle opportunité pour accompagner les PME et les agro-transformateurs, soulignant le potentiel d’emploi que va générer cet incubateur pour les femmes et pour le secteur des petits commerces.

Il a lancé un appel aux femmes et aux jeunes pour qu’ils s’approprient ce nouvel outil technologique qui leur ouvre les portes au CITA. car, “cet instrument se présente comme une grosse niche d’auto-emplois, qui constitue une opportunité qu’il ne faut pas rater”.

Le Cajou-Foodtech est ouvert aux opérateurs de la petite transformation. Toutefois, le processus de sélection de la première cohorte de 15 entrepreneurs dont 14 femmes de l’IECD s’est achevé le 30 juin et la formation in situ démarrera le 11 juillet.

“Nous anticipons avec optimisme les premiers succès de cet investissement, avec l’émergence de nouvelles cohortes de bénéficiaires porteurs de projets dans le secteur des produits dérivés de l’anacarde au cours des prochains mois”, a fait savoir le Vice-président Afrique de l’Ouest et du Centre de la Banque mondiale, Ousmane Diagana.

Il a indiqué que ce développement prometteur contribuera non seulement à renforcer la position de la Côte d’Ivoire sur le marché mondial du cajou, mais aussi à stimuler l’emploi et à promouvoir une croissance économique inclusive à travers tout le pays.

Sandra KOHET (avec AIP)