Autosuffisance alimentaire en riz : 331 milliards fcfa pour la stratégie nationale 2024-2030

0
128

331 milliards pour atteindre l’autosuffisance alimentaire en riz. C’est le montant qu’a annoncé le gouvernement ivoirien par le biais du premier ministre Beugré Mambé lors de la table ronde des partenaires techniques et financiers pour le financement de la Stratégie nationale de développement de la filière riz (SNDR 2024-2030).

Dans le souci d’assurer la couverture des besoins nationaux en riz, le gouvernement ivoirien a mis en place une stratégie nationale de développement de la filière riz. À l’horizon 2030, il est prévu une production de 3,2 millions de tonnes de riz usiné, couvrant 105 % des besoins nationaux.

Lors de la présentation de ladite stratégie le 8 juillet 2024, le Premier ministre Robert Beugré Mambé a affirmé la volonté du gouvernement de renforcer la résilience du secteur, de rendre l’agriculture plus compétitive et plus rémunératrice pour les acteurs de la chaîne des valeurs. Il a dont jugé la nécessité de la table ronde qui offre l’opportunité d’avoir des financements.

« Nous avons fondé beaucoup d’espoir dans son organisation. C’est pourquoi je voudrais porter à l’attention des partenaires techniques et financiers, des familles professionnelles de la filière riz, des futurs investisseurs et des administrations ivoiriennes que les résultats de la SNDsr 2024 2030 feront l’objet de revue périodiques au cours des comités interministériels des matières premières que je vais présider moi-même », a-t-il indiqué.

En outre, Beugré Mambé a rappelé que la production du riz est une préoccupation majeure du gouvernement ivoirien du fait de l’urbanisation et de la croissance démographique. Il a également déploré une importation accrue en riz blanchi, atteignant 1,3 million de tonnes en 2023.

Toutefois, il a rappelé que la production nationale est passée de 550 000 tonnes en 2011 à 1,4 million de tonnes en 2023, assurant que la Côte d’Ivoire a un potentiel de production estimé à 3 millions de tonnes pour une consommation d’environ 2,4 millions de tonnes.

A l’issue de cette rencontre, la banque mondiale a annoncé un financement de 150 milliards de FCFA.

Sandra KOHET