Côte d’Ivoire : L’Etat cèdera t’il ses parts de Orange Côte d’Ivoire par une introduction en bourse ?

L’Etat ivoirien veut se retirer cette année et céder ses parts de Orange Côte d’Ivoire. Plus de 100 milliards FCFA seraient attendus de cette opération. Quel en sera le procédé ? Le premier opérateur téléphonique du pays entrerait’il en bourse ? Comme l’ont fait NSIA et la SIB ?

0
438

A l’issue de l’adoption du budget de la Côte d’Ivoire pour l’année 2019, l ’Etat Ivoirien a enregistré une croissance du budget. Croissance marquée par la cession des parts de l’Etat dans plusieurs entreprises, et surtout par la sortie du capital de l’opérateur de téléphonie Orange CI.

Ainsi, pour le gouvernement ivoirien entend récolter 100 milliards FCFA au titre de la cession de ses actifs et 20,6 milliards FCFA pour le renouvellement de la licence de télécommunication.

Cependant, depuis l’adoption du budget, aucune communication du gouvernement n’a fait mention du mode de cession des actifs de l’Etat dans la compagnie de téléphonie mobile,Orange Côte d’Ivoire.

Mais, si l’on s’en tient à la déclaration du Premier ministre, Amadou Gon, lors de la pose de la première pierre du nouveau siège social du groupe Orange le 23 novembre 2017, l’introduction à la bourse pourrait être l’une des pistes choisie par le gouvernement. « L’Etat de Côte d’Ivoire et Orange travaillent ensemble pour une introduction en bourse », avait déclaré ce jour Amadou Gon.

A en croire à cette déclaration, le gouvernement ivoirien compte se rendre sur  le marché financier surtout que l’Etat a suscité ces derniers années trois (3) nouvelles introductions en bourse à l’instar de : SUCRIVOIRE, la Société ivoirienne de banque (SIB) et NSIA Banque Côte d’Ivoire.

L’entrée en bourse de la compagnie de téléphonie susciterait un grand intérêt en faveur des actions de la compagnie. En effet, Orange CI a enregistré en 2017, un chiffre d’affaires de 457 milliards FCFA et au second trimestre 2018, 107,5 milliards FCFA. A indiqué l’Autorité de régulation des Télécommunications de Côte d’Ivoire (ARTCI).Ce niveau de performance, placerait l’entreprise de télécommunication au second rang derrière la SONATEL (la première valeur de la BRVM) si elle était cotée à la
Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) .

Orange CI devient donc le premier opérateur mobile du pays avec 14 millions d’abonnés. C’est l’une des entreprises les plus dynamiques du paysage économique ivoirien.

Par ailleurs, son introduction en bourse aurait l’avantage de stimuler la confiance des investisseurs (particuliers et institutionnels) et surtout d’apporter un vent de fraicheur à la BRVM, dans en marché en proie au doute depuis bientôt trois ans.

Pour rappel, La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) est une bourse entièrement électronique. Le Site Central, situé à Abidjan, assure les services de cotation, de négociation ainsi que les services de règlement, de livraison de titres. Cette bourse est commune à 8 pays de l’Afrique de l’Ouest . Plusieurs sociétés Ivoiriennes ont été cotées sur le marché financier de l’UEMOA. Notamment la société SUCRIVOIRE et la Société Ivoirienne de Banque ( SIB)  en 2016 et NSIA en 2017.

Avec Sika Finance

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici