Dahlia Khalifa nouvelle directrice régionale au compte de la SFI

0
202
Dahlia Khalifa, directrice régionale pour le Nigéria, l’Afrique centrale, le Libéria et la Sierra Leone

La Société financière internationale (SFI) a nommé Dahlia Khalifa au poste de directeur régional pour l’Afrique centrale, le Libéria, le Nigéria et la Sierra Leone.

D’origine égyptienne, elle conduira la stratégie de l’institution visant à créer un secteur privé plus résilient et durable pour soutenir le développement et la création d’emplois dans la région. Dans ses nouvelles fonctions, Dahlia Khalifa dirigera les équipes d’investissement et de conseil de la de l’institution au Cameroun, en République centrafricaine, au Tchad, en République du Congo, en Guinée équatoriale, au Gabon, au Libéria, au Nigéria, à Sao Tomé-et-Principe et en Sierra Leone.

Khalifa dirigera les équipes d’investissement et de conseil de la SFI au Cameroun, en République centrafricaine, au Tchad, en République du Congo, en Guinée équatoriale, au Gabon, au Libéria, au Nigéria, à Sao Tomé-et-Principe et en Sierra Leone.

Alors que ces pays sont confrontés à des défis tels que la hausse de l’inflation et les effets du changement climatique, une population jeune, dynamique et entreprenante présente des opportunités pour un secteur privé plus dynamique. Khalifa sera basé à Lagos, au Nigeria.

“Je souhaite la bienvenue à Dahlia dans son nouveau rôle et je sais que son leadership et son expérience dans la génération d’investissements à fort impact dans la région approfondiront davantage le travail de la SFI en Afrique et permettront à nos partenaires de relever les défis du moment, de la montée de l’insécurité alimentaire aux effets du changement climatique. J’ai hâte de travailler avec Dahlia et son équipe pour offrir de nouvelles opportunités dans les années à venir, telles que l’autonomisation d’un plus grand nombre d’entrepreneurs de la région », a déclaré Sergio Pimenta, vice-président d’IFC pour l’Afrique.

“Nous intensifions notre travail pour autonomiser le secteur privé et travailler conjointement avec le gouvernement et les partenaires de développement pour assurer une croissance plus verte, plus inclusive et durable dans la région. Je m’engage à renforcer davantage le travail d’IFC afin qu’ensemble nous puissions construire des fondations solides pour les partenariats des secteurs privé et public », a déclaré Khalifa.

Khalifa, de nationalité égyptienne et américaine, était jusqu’à tout récemment directrice principale du programme de conseil en création de marchés d’IFC au Moyen-Orient, en Asie centrale, en Turquie, au Pakistan et en Afghanistan, où elle et son équipe ont soutenu la suppression des obstacles à l’investissement afin de renforcer le secteur privé et stimuler le développement économique. Avant de rejoindre le Groupe de la Banque mondiale, Khalifa a fondé et géré des sociétés de services financiers fournissant des services de courtage, de financement d’entreprise, d’investissement en capital-investissement et de conseil en gestion au Moyen-Orient et en Afrique. Au 30 septembre, IFC disposait d’un portefeuille d’investissement et de conseil en Afrique centrale et au Nigéria de plus de 2,53 milliards de dollars dans les services financiers, les infrastructures et l’agro-industrie et continue de développer son portefeuille dans les domaines de la santé, de la fabrication et du développement de la chaîne de valeur.

IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, est la plus grande institution mondiale de développement axée sur le secteur privé dans les marchés émergents. Nous travaillons dans plus de 100 pays, utilisant notre capital, notre expertise et notre influence pour créer des marchés et des opportunités dans les pays en développement. Au cours de l’exercice 2022, IFC a engagé un montant record de 32,8 milliards de dollars auprès d’entreprises privées et d’institutions financières dans les pays en développement, tirant parti du pouvoir du secteur privé pour mettre fin à l’extrême pauvreté et stimuler la prospérité partagée alors que les économies sont aux prises avec les effets des crises mondiales aggravantes. Pour plus d’informations, visitez www.ifc.org.

Rachelle SEKONGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici