Banque Toute l'actualité de la Finance

Cote d’Ivoire: Ecobank affiche un Produit Net de 18,9 milliards de FCFA au premier trimestre 2018

Ecobank Côte d’Ivoire a annoncé un produit Net de 18,9 milliards de FCFA pour le compte du premier trimestre 2018. Soit une hausse de 12% en comparaison à celle de la même période en 2017.

 

Selon la filiale en Ivoirienne du groupe bancaire panafricain Ecobank, Cette performance est au due à l’amélioration d’une part de la marge nette d’intérêts générée par les crédits, et d’autre part des revenus issus de l’investissement sur des titres, notamment publics. Ce qui a permis au  bénéfice net de la période  de s’établit à  9%, s’approchant  des 5 milliards de FCFA. .

 

Les frais généraux, quant à eux, ont augmenté de 8% pour atteindre les 11 milliards de FCFA.. Même si le taux de ces charges sur les revenus assemblés a légèrement baissé, le pourcentage d’exploitation n’est pas loin des 60% vu qu’elle dépense 59% de ce qu’elle gagne.

 

Aussi, du fait de l’entrée en vigueur de nouvelles normes en matière de provision sur les créances dont le remboursement est sujet à caution, le coût du risque affiche une progression de plus de 101%. Il est passé de 645 millions de FCFA en fin mars 2017 à 1,3 milliard de FCFA pour la période équivalente en 2018. Certes, la banque est optimiste sur les perspectives de 2018 mais, devrait faire attention à un certain nombre d’indicateurs.

 

Toutefois, l’action Ecobank Côte d’Ivoire a récemment  gagné 3,3% de sa valeur, elle reste toutefois sur dépréciation de 16,4% depuis le début de l’année. Une tendance baissière qui concerne actuellement 10 banques présentes sur la Bourse d’Abidjan

 

Pour rappel,  en 2017, Le produit net bancaire s’affichait à 56 369 milliards FCFA . Ses frais généraux s’élevait à 30 605 milliards FCFA soit 2% avec un coût net du risque  qui s’est établit à 4 250 millions de FCFA à fin septembre 2017 contre 2 598 millions de FCFA à fin septembre 2016. Cette progression de 64% résultait essentiellement de la mise en œuvre de la politique d’assainissement du portefeuille.

 

 

Meliane Nomel avec ecofin

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *