Marchés financiers : Abidjan reste convaincant

0
568
credit photo , le monde
Malgré un contexte troublé, marqué par la forte baisse des prix du cacao et les récentes mutineries, la Côte d’Ivoire est parvenue à lever l’équivalent de 1,75 milliard d’euros le 8 juin dernier. Abidjan a prouvé que les investisseurs internationaux avaient toujours une foi très solide dans ses perspectives.

 
En levant 1,25 milliard de dollars sur seize ans et 625 millions d’euros sur huit ans, à des taux bas (6,25 % et 5,125 % respectivement), la Côte d’Ivoire a largement rempli ses objectifs. Elle a même suscité une demande à hauteur de 10 milliards de dollars.
« Lors du roadshow de présentation, la très forte mobilisation du gouvernement a été très bien ressentie par les investisseurs internationaux, » explique l’un d’entre eux, sous le couvert de l’anonymat.
 
Le Premier ministre ivoirien, notamment, a participé aux huit jours de présentation, de Paris à Boston en passant par Francfort, Munich, Londres et New York.
Amadou Gon Coulibaly était accompagné des ministres Adama Koné (Économie et Finances), Abdourahmane Cissé (Budget), Kaba Nialé (Plan et Développement), Thierry Tanoh (Énergie, Pétrole et Développement des énergies renouvelables) et de Patrick Achi, secrétaire général de la présidence.
 

 

Une explication qui a convaincu

 
« Pendant toutes les présentations, la question des mutineries récentes à Bouaké a été récurrente, témoigne un membre de la délégation. Mais l’explication donnée a convaincu : il ne s’agit pas d’une crise politique mais d’un problème lié au paiement de primes aux soldats. Et la chute des cours du cacao semblait moins inquiéter la communauté financière. » indique une source proche du dossier.
 
Si la Côte d’Ivoire a connu un tel succès dans l’émission de ces eurobonds, c’est aussi en raison d’une situation internationale propice.  Elle a marché ainsi dans les pas du Sénégal – qui a levé, le 16 mai, 1,1 milliard de dollars – et du Nigeria – 1,5 milliard de dollars en février et en mars.
 
« Il y a eu un nouvel afflux d’argent dans les marchés émergents à partir du second semestre de 2016, et encore davantage en 2017. Le coût d’une émission de dette internationale est maintenant assez faible pour la plupart des pays africains. Les investisseurs en recherche de rendements ont tendance à minimiser les risques politiques et macroéconomiques. » explique David Cowan, économiste Afrique à la banque américaine Citi .

 

Indifférence aux risques

 
Ainsi, selon cet expert, l’Afrique bénéficie d’une relative indifférence aux risques. Le mouvement de contestation d’Al Hoceima, dans le Rif, n’a pas empêché les marchés financiers de favoriser la dette marocaine, rappelait il y a quelques jours Bloomberg.
« Les taux des dettes extérieures du Cameroun et du Gabon se sont maintenus au cours des six derniers mois malgré le contexte difficile au sein de la Cemac. Les nouvelles d’un éventuel programme d’aide du FMI en direction de ces pays ont été positivement perçues. Quant à la crise politique au Gabon, elle n’a aucun effet sur la dynamique du marché… » , décrypte Samir Gadio, analyste de la banque britannique Standard Chartered .
 
Cependant, en raison d’un endettement qui a beaucoup augmenté ces dernières années, les pays africains faisant appel aux marchés obligataires en 2017 ne seront peut-être pas aussi nombreux qu’il y a quelques années.
 
 
Source Jeune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici