Marché des titres publics de l’UEMOA : analyse de la première semaine de mai 2023

0
372

Les Etats de l’UEMOA ont mobilisé 134,84 milliards FCFA (226 millions $), durant la première semaine de mai 2023 (1er au 5 mai) sur le marché des titres publics (MTP), à travers quatre sorties souveraines. Ce montant constitue une augmentation de 9,84 milliards FCFA par rapport au montant prévu de 125 milliards. 

Le niveau moyen de couverture des émissions pour cette semaine s’est établi à 157,10%, contre 132% la semaine précédente, témoignant de l’intérêt croissant des investisseurs pour les titres publics depuis les mesures atténuantes de la BCEAO de ces dernières semaines. Les États ayant opéré des sorties la semaine dernière sont la Côte d’Ivoire (33 milliards FCFA), le Mali (30,34 milliards FCFA), le Bénin (38,5 milliards FCFA) et le Togo (33 milliards FCFA).

La Côte d’Ivoire, en raison de contraintes de trésorerie, a sollicité 30 milliards FCFA sur une maturité de 91 jours avec un taux de couverture ayant atteint 193%. Le Mali a attiré l’intérêt de 12 investisseurs pour un besoin de financement de 30 milliards FCFA sur trois maturités (182 jours, 3 ans et 5 ans) et un niveau de couverture de 101,31%. Le Bénin, quant à lui, a mobilisé 38,5 milliards FCFA sur deux maturités (182 jours et 3 ans) avec un taux de couverture de 144%. Enfin, le Togo a levé 33 milliards FCFA sur trois maturités (182 jours, 364 jours et 3 ans) avec un niveau d’appétit évalué à environ 190%.

Selon UMOA-titres, bien que l’inflation soit restée stable en mars 2023 à 5,7%, après quatre mois consécutifs de baisse, la hausse des taux directeurs des principales banques centrales, tels que la Banque centrale européenne (BCE) et la Réserve fédérale (Fed), de 0,25 point de pourcentage, pourrait pousser la BCEAO à suivre la même tendance lors de sa prochaine réunion de politique monétaire, prévue en juin 2023. Or, les rendements croissants sur le marché des titres publics stimulent l’appétit des investisseurs institutionnels, dont la participation sur le marché a augmenté de 14% entre fin décembre 2022 et fin avril 2023.

« Dans ce contexte, certains investisseurs pourraient être incités à réallouer leurs portefeuilles en faveur d’actifs à rendement fixe, tels que les titres publics, qui offrent généralement des rendements plus élevés lorsque les taux d’intérêt augmentent », analyse un spécialiste du marché régional.  Et de poursuivre : « Généralement, dans ces cas, les investisseurs craignent que des taux d’intérêt plus élevés aient un impact négatif sur la croissance économique et la demande de crédit, ce qui incite certains d’entre eux à se tourner vers des actifs moins risqués, comme les obligations d’État ou les liquidités ».

Actuellement sur le marché, les rendements sur les titres à maturités courtes atteignent environ 6%, tandis que ceux des maturités moyennes avoisinent 8%. Occasion pour UMOA-titres de faire un appel du pied aux intermédiaires habilités au niveau du MTP.

« C’est l’occasion pour les distributeurs de produits financiers, tels que les Sociétés de gestion et d’intermédiation (SGI) et les Sociétés de gestion d’organismes de placement collectif (SGO), de remobiliser leur clientèle afin de leur offrir les meilleures rentabilités possible », incite l’entité qui organise le marché des titres publics par adjudication. 

Pour la nouvelle semaine qui commence (du 8 au 12 mai 2023), quatre émissions sont programmées pour un montant global de 180 milliards FCFA, répartis entre la Côte d’Ivoire (70 milliards), le Burkina Faso (30 milliards), le Niger (30 milliards) et le Sénégal (50 milliards probablement). 

Avec Agence Ecofin