Classement jeune Afrique des femmes d'affaires les plus influentes d'Afrique francophone: Portrait de ces femmes venant du secteur de la finance et de l'assurance

0
759
Miriem Bensalah Chaqroun, N0 1 du classement des femmes influentes d'Afrique francophone.

Les lauréates du classement Jeune Afrique des 50 femmes d’affaires les plus influentes du Continent sont connues depuis le 21 mars dernier. Elles viennent de différents secteurs du monde des affaires (banque, télécoms, assurances….) de différents pays d’Afrique. Nous avons décidé dans cet article de nous intéresser à ces femmes qui font la fierté du secteur de la banque et de l’assurance en Afrique.

 
 

Miriem Bensalah-Chaqroun est présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc

Prendre des virages serrés sur sa Harley ou tenir le manche de son bimoteur en zone de turbulences ne lui font pas peur… Miriem Bensalah-Chaqroun aime les sensations fortes, mais toujours avec la maîtrise des risques, comme en témoigne l’assurance dont elle fait preuve.
« Elle est tout le temps dans le dépassement de soi, c’est pourquoi elle s’investit pleinement dans tout ce qu’elle entreprend », témoigne Neila Tazi, vice-présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et amie de longue date. « Elle est animée par un sens très développé de l’intérêt général, ce qui lui donne une vraie force et la capacité à surmonter ses doutes. »
Miriem Bensalah semblait donc toute destinée à devenir la première présidente de la CGEM. Lors de son élection, en 2012, sa candidature avait fait une telle unanimité que personne n’avait souhaité se présenter face à elle.
Depuis la disparition, en 1993, de son père, Abdelkader Bensalah – l’une des figures de l’indépendance et l’un des plus grands notables du Maroc oriental –, c’est l’aînée de la fratrie Bensalah qui assumait dans les coulisses le rôle de marraine du conglomérat familial, le groupe Holmarcom, dont le chiffre d’affaires est estimé à 700 millions d’euros.
Officiellement, pourtant, elle assure juste la direction de l’une des filiales du groupe Les Eaux minérales d’Oulmès. En 2016, Miriem Bensalah a d’ailleurs paraphé un beau contrat avec le groupe japonais Suntory Group International, propriétaire de la marque Orangina, qui signe le retour de l’entreprise marocaine dans l’univers du soda.
Elle est membre des conseils d’administration d’Eutelsat, de Suez et de la Banque centrale du Maroc, pour ne citer que les entreprises les plus prestigieuses.
 
 
 

Nadia Fettah est directrice générale déléguée de Saham Finances (conglomérat)

En janvier, cette diplômée de HEC Paris est devenue numéro un de Saham Finances, qui regroupe les 36 compagnies d’assurance et de réassurance sur le continent du groupe de Moulay Hafid Elalamy. Cette année, elle finalisera la montée au capital du sud-africain Sanlam, dont la part doit passer de 30 % à 46,6 %.
 
 
 

Selma Babbou est directrice générale adjointe d’Amen Group (agro-industrie, santé, banque…)

Numéro trois du conglomérat tunisien, cette experte-comptable diplômée de l’Institut des hautes études commerciales de Carthage a notamment planché l’an dernier sur l’acquisition d’Alios Finance, spécialiste du crédit aux PME présent dans neuf pays subsahariens.
 
 
 

Ghita Lahlou est présidente du conseil d’administration de Saham Santé et de Phone Group (conglomérat)

Conseillère du PDG, PCA du pôle santé de Saham et de Phone Group, elle a hérité à la fin de février du pôle éducation du groupe de Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie.
 
 
 
 

Delphine Traoré Maïdou est directrice opérationnelle d’Allianz Africa (assurance)

Auparavant à la tête d’Allianz Global Corporate & Specialty, la Burkinabè est devenue en février numéro deux d’Allianz Africa. Ses dossiers : assurer l’intégration de la filiale marocaine de Zurich Assurances, acquise à la mi-2016, et africaniser le management du groupe.
 
 
 
 

Laurence Do Rego est directrice du pôle banque commerciale d’Ecobank (banque)

En 2016, Laurence Do Rego a quitté le poste très stratégique de directeur financier pour prendre celui de directeur du pôle Banque commerciale, l’un des piliers du groupe panafricain.
 
 
 

Huguette Oyini est directrice générale adjointe de BGFI (banque)

Après quinze années au sein du groupe bancaire d’Henri-Claude Oyima, elle en est numéro deux depuis juin 2016, avec pour mission d’améliorer l’animation des différentes filiales. La digitalisation de l’activité est au cœur de ses préoccupations.
 
 
 

Binta Touré Ndoye est directrice générale d’Oragroup (banque)

Passée par les filiales d’Ecobank au Mali et au Togo, elle a intégré Oragroup en 2015 pour succéder à Patrick Mestrallet. Après un an de compagnonnage, c’est en tant que numéro un qu’elle veut consolider la croissance à deux chiffres de son groupe.
 
 
 

Janine Kacou Diagou est directrice générale de NSIA (services financiers)

Extrêmement discrète, elle continue sa progression dans l’ombre de son père, fondateur du groupe NSIA, avec pour objectif de lui succéder.
 
 
 

Aida Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union (services financiers)

Depuis Casablanca, où elle est arrivée en 2004, cette fille d’un père malien et d’une mère nigérienne, née à Dakar, garde un œil sur les 35 000 points de vente africains de son groupe. Son défi : préserver le leadership de Western Union à l’heure du digital.
 
 
 

Laila Mamou est présidente du directoire de Wafasalaf (crédit)

Difficile de parler de Wafasalaf sans évoquer Laila Mamou. Un peu plus de vingt ans après son arrivée, la filiale est devenue sous son impulsion le leader du crédit à la consommation au Maroc.
 
 
 

Diane Karusisi est directrice générale de Bank of Kigali (banque)

L’ancienne collaboratrice du président Kagame, après un passage à la banque d’affaires du Crédit suisse, a pris en février 2016 la direction du premier établissement bancaire du Rwanda.
 
 
 

Lamia Ben Mahmoud est présidente-directrice générale de Tunis Ré (assurance)

Première femme PDG d’une compagnie d’assurances en Tunisie, elle a été élue en 2015 présidente de l’Organisation africaine des assurances (OAA).
 
 
 

Coumba Touré est directrice générale d’Ecobank Mali (banque)

Passée par le Bénin et le Cameroun, Coumba Touré, 44 ans, occupe au Mali son premier poste de DG. En 2016, elle a notamment obtenu la domiciliation du projet de barrage hydroélectrique de Gouinas.
 
 
 

Karuna Bhoojedhur-Obeegadoo est directrice générale de State Insurance Co. of Mauritius (assurance)

Après avoir commencé sa carrière au sein de Swiss Ré, elle a pris la direction de Sicom en 1996. Elle est depuis 2015 directrice non exécutive et membre du comité de rémunération et de gouvernance de la banque mauricienne MCB Group.
 
 
 

Khady Dior Ndiaye est directrice générale de Citibank en Côte d’Ivoire, pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale (banque)

Après le Sénégal, où elle a exercé pendant trois ans comme directrice générale, cette diplômée de Georgetown, entrée dans le groupe américain en 1997, a grimpé un nouvel échelon à la mi-2016 en devenant directrice Afrique de l’Ouest et Afrique centrale de Citi.
 
 
 

Lala Moulay Ezzedine est présidente du conseil d’administration de Bank of Africa Côte d’Ivoire (banque)

En 2014, elle est devenue la première femme à occuper le poste de président du conseil d’administration d’une banque en Côte d’Ivoire. Elle dirige également l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire et siège au conseil d’administration de BOA Burkina Faso et du fonds Agora du groupe BOA.
 
 
 

Kayi ROSE Mivedor est directrice générale adjointe d’Orabank Togo (banque) 

Pour Kayi Rose Mivedor, 2016 aura été l’année du changement. Après Banque Atlantique, puis Diamond Bank en 2013, elle a pris en mars 2016 la direction de la filiale togolaise d’Oragroup.
 
 
 

Gaëlle Bitéghé est directrice générale d’Ecobank Gabon (banque)

Passée par Citigroup avant de rejoindre Ecobank en 2012, elle fait, à 33 ans, partie des plus jeunes dirigeantes de notre classement.
 
 
 

Kadi Fadika est administratrice-directrice générale de Hudson & Cie (Bourse)

Devenu conseiller du président Ouattara, Jean-Luc Bédié lui a cédé sa place à la tête de la société d’intermédiation ivoirienne en 2012. À son actif l’an dernier, la préparation de l’introduction à la Bourse régionale des valeurs mobilières de NSIA Banque et l’accompagnement de l’État pour la mise en place d’un fonds de garantie consacré aux PMI-PME.
 
 
 

Marie Odile Sene Kantoussan est directrice générale de CGF (Bourse)

Numéro deux de la société de gestion et d’intermédiation CGF fondée par Gabriel Fal, elle a géré en 2016 l’augmentation de capital de son entreprise et son déménagement dans de nouveaux locaux.
de différentes nationalités figurent dans ce classement.
 
Ce classement des femmes d’affaires les plus influentes d’Afrique, a  été constitué d’après une présélection de plus de 100 dirigeantes des plus grandes entreprises d’Afrique francophone établie par la rédaction de Jeune Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici