Tout savoir sur la finance islamique

0
493

La finance islamique moderne est un phénomène récent : guère plus de 30 années nous séparent de l’émergence des premières banques islamiques ; au tournant du millénaire, le marché des sukuk (prononcez « soukouk », c’est-à-dire les obligations islamiques) était virtuellement inexistant.

Aujourd’hui, les estimations convergent : le marché financier islamique, qui regroupe les quelques 300 banques conformes à la Charia, les compagnies de « takaful » (ou assurance mutualiste islamique), et les fonds d’investissement respectueux des principes de l’islam financier, représente plus de 950 milliards de dollars à la fin de l’année 2009. Le seul marché des sukuk, avec ses 125 milliards de dollars, a déjà dépassé le PNB d’un pays comme le Maroc !

Quelle est la spécificité des produits bancaires islamiques? A qui s’adressent-t-ils?

La finance islamique repose sur cinq principes cardinaux. Ces « cinq piliers de l’islam financier » contiennent 3 principes négatifs (-) et 2 principes positifs (+) :

–        Principe n°1 (-): pas de “riba” (intérêt, usure);

–        Principe n°2 (-): pas de “gharar” ni de “maysir” (incertitude, spéculation);

–        Principe n°3 (-): pas de “haram” (secteurs illicites);

–        Principe n°4 (+): obligation de partage des profits et des pertes ;

–        Principe n°5 (+): principe d’adossement à un actif tangible.

De surcroît, un conseil de conformité à la Charia (formé de jurisconsultes musulmans reconnus) valide le caractère islamique d’un produit financier ou d’une transaction financière.

Rachelle SEKONGO avec easybourse

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici