GHANA : une dette de 2,5 milliards $ de l’Etat inquiète les banques

0
550
credit photo: wikimedia
Le retard accusé par le gouvernement, pour le lancement d’un emprunt obligataire de 2,5 milliards $, inquiète les banques et institutions financières opérant au Ghana.  Et pour cause, cet emprunt est destiné à rembourser les avances qu’elles avaient faites au secteur de l’énergie, des années auparavant.

 
Le gouvernement ghanéen avait  pourtant assuré aux institutions financières concernées que les fonds seraient mobilisés en septembre 2017. Fidelity Bank et Standard Chartered Bank ayant été choisis comme arrangeurs principaux de l’opération .  A ce jour, le ministère des Finances n’a pas encore expliqué les raisons du retard.
 
La dette du secteur de l’énergie est considérée comme l’une des plus grandes menaces pour la stabilité du secteur financier. En 2015, une taxe avait été mise en place dans le secteur de l’énergie pour collecter des fonds sur les produits pétroliers et financer le remboursement de cette dette.
Cependant, l’incapacité de l’Etat à honorer ses paiements périodiques aux banques, a obligé le gouvernement Akufo-Addo à  recourir à un emprunt obligataire pour apurer toute la dette.
 
En août 2017, lors du « Energy Policy Summit », le PDG de Zenith Bank Ghana, Henry Oroh avait souligné l’impact de la dette sur les banques dans le pays.
« La dette énergétique est un problème majeur pour le secteur financier.  2,5 milliards de dollars c’est important. Tant qu’elle  ne sera pas remboursée, elle constituera un frein à la liquidité des banques.  Cette dette  réduit notre capacité à soutenir le gouvernement et le secteur privé », a déclaré Henry Oroh.
Pour les banques, l’émission à temps de cet emprunt obligataire réduira non seulement le portefeuille de prêts non performants dans le secteur financier, mais déclenchera une série d’activités économiques.
 
Cette situation est d’autant plus préoccupante que le secteur bancaire fait face à l’obligation de mobiliser 2 milliards $ pour se mettre au niveau des nouvelles exigences de fonds propres imposées tout récemment par la banque centrale.
 
Viviane YOBOUE avec Citi Business News

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici