La BEI et le Groupe COFINA renforcent leur partenariat pour le développement d’une agriculture durable en Côte d’Ivoire

0
209

La Banque Européenne d’Investissement (BEI) et le Groupe COFINA ont décidé de renforcer leur partenariat dans le développement de l’agriculture durable en Côte d’Ivoire. Etabli grâce au soutien de l’Union européenne (UE), il vise à accompagner le Groupe aux chaînes de valeur agricoles, dont le cacao. Environ 6 000 emplois de Petites et Moyennes Entreprises (PME) et d’Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) seront soutenus grâce aux financements du Groupe COFINA.

Cet accord inclut des objectifs ambitieux en matière d’action climatique, de durabilité environnementale et d’inclusion financière, notamment pour les femmes. Il participe aux Initiatives « Equipe Europe » sur le cacao durable et la transition bas carbone, ainsi qu’aux initiatives « Global Gateway » sur le développement de systèmes alimentaires durables et la sauvegarde des forêts.

Cette vision de développement prévoit plus précisément le déploiement de financements à long terme de la Banque européenne d’investissement (BEI) par COFINA Côte d’Ivoire pour approximativement 16 millions d’euros, avec le concours du Fonds européen de développement durable plus (EFSD+).

Au titre de ce financement, 24 prêts ont déjà été octroyés par COFINA à des coopératives agricoles éligibles pour la BEI, dont 22 dans le secteur du cacao, représentant un montant total cumulé de près 2,1 millions d’euros (1,4 Mds FCFA).

Grâce à l’appui de l’UE, la BEI et COFINA-CI ont signé en 2023 une ligne de crédit de 16.1 millions d’euros (10,5 Mds FCFA) pour l’octroi de financements à des PME et des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) en Côte d’Ivoire actives dans les chaînes de valeur agricoles, ayant un impact positif sur l’égalité des sexes et l’autonomisation économique des femmes ainsi que sur l’action climatique et la durabilité environnementale.

Le projet vise à soutenir le développement du secteur privé dans le secteur agricole et à faciliter l’accès aux marchés et au financement pour les PME agroalimentaires et les petits producteurs.

Le prêt de la BEI est déployé par COFINA-CI sur la période 2023-2025 en ciblant en priorité les chaînes de valeur agricoles, pour au moins 70% du prêt, dont en particulier le secteur du cacao qui constitue une priorité de l’Union Européenne pour la Côte d’Ivoire. Cette priorité sectorielle est combinée à deux priorités transversales, en matière de soutien à l’entreprenariat féminin et à l’emploi des femmes, pour au moins 30% des prêts, et de financement des investissements verts, pour au moins 30% du prêt.

« Ce partenariat avec la BEI représente une opportunité stratégique pour notre institution panafricaine de mésofinance de soutenir activement les petites et moyennes entreprises dans le secteur agricole en Côte d’Ivoire, ainsi que les acteurs de la chaîne de valeur cacao. Nous sommes déterminés à offrir des solutions financières inclusives qui favorisent l’autonomisation des agriculteurs et particulièrement des femmes entrepreneurs, contribuant ainsi au succès économique de notre pays, où l’agriculture joue un rôle essentiel » a déclaréSié Amed Touré, Directeur Général de COFINA Côte d’Ivoire.

M. Ambroise Fayolle, Vice-Président de la BEI, c’est lui réjouis que la BEI soutienne un projet aussi important pour le développement des chaînes de valeur agricoles, dont notamment le cacao durable en Côte d’Ivoire.« En contribuant à la fois financièrement et techniquement à ce projet, la BEI démontre son engagement à développer une vision stratégique d’envergure au bénéfice des populations locales » a-t-il ajouté.

« Soutenir ce partenariat entre la BEI et COFINA-CI est d’une grande importance pour l’Union européenne. Cela démontre d’une part notre engagement en format équipe Europe pour soutenir la transition de la Côte d’Ivoire vers une agriculture durable, et d’autre part notre volonté de contribuer à l’inclusion financière des PME agroalimentaires et des petits producteurs exclus des circuits financiers traditionnels, avec une attention particulière aux femmes » a souligné Francesca di Mauro, Ambassadrice de l’UE en Côte d’Ivoire.

La priorité donnée au secteur du cacao s’inscrit dans la perspective d’une évolution de la réglementation européenne visant à lutter contre la déforestation induite par les produits exportés sur le territoire de ses Etats Membres.

En renforçant le secteur agricole, ces financements contribuent à la sécurité alimentaire, à la réduction de la dépendance aux importations et à la stabilité économique générale de la Côte d’Ivoire, tout en encourageant des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, l’adoption de technologies modernes, et la création d’emplois dans les zones rurales.