Afrique subsaharienne : hausse des transferts de fonds des migrants

0
741
Après deux années de recul, les envois de fonds de migrants vers les pays à revenu faible et intermédiaire vont progresser de 4, 8% en 2017 pour atteindre $450 milliards, selon la note d’information de la Banque mondiale sur les migrations et le développement.

 

En Afrique sub-saharienne, la reprise est plus marquée grâce à la reprise de la croissance économique dans les pays de l’OCDE. Ainsi les transferts de fonds en direction de l’Afrique subsaharienne devraient faire un bond de 10 % pour atteindre 38 milliards de dollars, cette année, selon la Banque Mondiale. Les principaux pays bénéficiaires de ces  envois sont le Ghana, le Nigeria et le Sénégal.

La région compte également un certain nombre de pays où les envois de fonds représentent une part significative du produit intérieur brut (PIB). C’est notamment le cas pour le Nigéria (26 % du PIB), les Comores (21 %) et la Gambie (20 %). En 2018,  l’institution financière estime que la hausse des transferts  devrait se limiter à 3,8 %  soit 39 milliards de dollars.
 

 
Evolution des transferts de fonds vers l’Afrique de l’Ouest

Evolution des transferts de fonds vers l’Afrique de l’Ouest

 
 
Par ailleurs, la note relève le coût élevé des transferts de fonds. Ainsi, avec des frais moyens de 9,1 %, l’Afrique subsaharienne demeure la région la plus chère. Il s’agit d’un niveau bien supérieur à la cible de 3 % fixée dans les Objectifs de développement durable (ODD).
Ce coût élevé est essentiellement imputable à deux facteurs, selon la Banque mondiale. Premièrement, les partenariats exclusifs entre les systèmes nationaux d’envoi postal et les opérateurs de transferts de fonds. Ils nuisent à la concurrence et permettent aux opérateurs de facturer des frais de transaction plus élevés.
Deuxièmement, l’aversion des banques commerciales pour le risque les incite à fermer les comptes bancaires détenus par ces opérateurs. Afin de supporter l’important fardeau réglementaire lié à la lutte contre le blanchiment d’argent et la criminalité financière.
 
Pour rappel, l’Inde est toujours le premier pays destinataire, avec 65 milliards de dollars reçus cette année. Viennent ensuite la Chine (63 milliards), les Philippines (33 milliards), le Mexique (31 milliards, un montant record) et le Nigéria (22 milliards).

 
Source : la note d’information  d’Octobre 2017 de la Banque mondiale

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici