Visa investira plus de 600 milliards xof en Afrique d’ici les 5 prochaines années

0
486

L’Afrique a réalisé des progrès importants dans l’adoption du digital, ces dernières années. Toutefois, elle se heurte à des obstacles qui ralentissent le développement du numérique. Plusieurs initiatives sont menées, tant par les gouvernements, que par les investisseurs privés afin de les surmonter.

La société de paiements numériques, Visa, a annoncé qu’elle investira 1 milliard $ soit environ 617 milliards de FCFA en Afrique d’ici 2027, ce mercredi 14 décembre 2022 , afin d’y accélérer la transformation numérique. L’information a été rendue publique sur son site web.

Cette initiative, selon Visa, permettra d’étendre les services financiers formels pour les particuliers et les commerçants à travers un meilleur accès aux paiements numériques. Elle vise également à « faire progresser les économies résilientes, innovantes et inclusives sur le continent ». Plus concrètement, l’entreprise entend développer ses activités en Afrique via le déploiement de nouvelles technologies innovantes et le renforcement de sa collaboration avec ses partenaires.

« Cet engagement permettra à Visa de renforcer ses activités en Afrique et d’approfondir sa collaboration avec ses partenaires stratégiques, notamment les gouvernements, les institutions financières, les opérateurs de réseaux mobiles, les technologies financières et les commerçants », a fait savoir Alfred F. Kelly, le PDG de Visa.

Selon les données de Visa, sur le continent, 500 millions de personnes n’ont pas accès aux services financiers formels et moins de la moitié de la population adulte a déjà effectué ou reçu des paiements numériques. De plus, Visa estime que plus de 40 millions de commerçants n’acceptent pas les paiements numériques.

Malgré tout, Aida Diarra, vice-présidente de Visa pour l’Afrique subsaharienne, pense que de plus en plus de consommateurs, de commerçants et d’entreprises réalisent les avantages des paiements numériques sécurisés et commencent à les pratiquer pour alimenter le commerce et les mouvements d’argent.

Rachelle SEKONGO avec Agence Ecofin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici