Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO : George Agyekum Nana Donkor reconduit à la présidence

0
336

Le Conseil des gouverneurs de la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC), a reconduit, à Lomé (Togo), George Agyekum Nana Donkor à la Présidence de la Banque pour un second mandat de cinq ans. Cette nomination a eu lieu au cours de la 21ème session ordinaire du Conseil des gouverneurs.

Porté à la tête de cette institution bancaire pour la première fois en janvier 2020, en remplacement du nigérian Bashir Mamman Ifo, celui qui a occupé pendant sept ans le poste de Vice-président chargé des finances, de l’administration et des services institutionnels de la Banque, va entamer sa nouvelle mandature le 1er février 2024.

Selon le communiqué de l’acteur bancaire sous-régional, la décision de sa reconduction a été prise au regard « des progrès réalisés par la Banque depuis la prise de fonction de M. Donkor. Les réalisations notables enregistrées sous sa direction comprennent la réduction du ratio des prêts non performants (NPL) de la banque passant de plus de 8 % à 4,28 %, le recouvrement de 77,5 millions USD au titre des arriérés de capital, la croissance du bilan de 36,8 % en 2022, deux émissions consécutives d’obligations sur le marché financier de l’UEMOA couronnées de succès et l’amélioration de la qualité du portefeuille de la Banque ».

De son côté, George Agyekum Nana Donkor « s’est engagé à continuer à travailler avec les ministres et le Conseil pour faire progresser la banque, avec l’objectif d’en faire la première institution financière de la région, tout en soutenant les Etats membres pour assurer le développement socio-économique ».

Basée à Lomé, la BIDC est une banque régionale d’investissement et de développement de premier plan créée par les quinze (15) États membres de la CEDEAO. Elle a été créée pour financer des projets et programmes de développement portant sur diverses opérations dans les domaines des infrastructures et des équipements de base, du développement rural et de l’environnement, de l’industrie ainsi que dans le secteur social et celui des services, à travers ses guichets dédiés aux secteurs privé et public.

Source : Abidjan.net

Jémima Orou