Finance verte : La BRVM et le GGGI unissent leur force

0
142

La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) et le Global Green Growth Institute (GGGI) ont procédé, le 25 avril 2024, à la signature d’un protocole d’accord visant à accentuer la collaboration entre les deux institutions en vue du renforcement des capacités des acteurs du Marché Financier Régional de l’UEMOA et de la facilitation de l’émission d’obligations vertes, sociales et durables (ESG) dans les pays de la sous-région.

Ce partenariat bénéficiera aux huit pays de l’UEMOA à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Il permettra l’élaboration de programmes de sensibilisation et de formation sur mesure, sur les opportunités et les approches liées à l’émission d’obligations durables et vertes. Ces programmes de formation seront offerts aux parties prenantes, y compris les institutions financières, les investisseurs, les participants au marché et les émetteurs potentiels, afin d’intégrer les pratiques de financement durable dans leurs activités.

Dr Edoh Kossi Amenounvé, Directeur général de la BRVM s’exprimant sur le sujet a déclaré que « Face aux enjeux du développement durable, la BRVM a défini une stratégie visant à susciter, dans l’UEMOA, le recours aux instruments financiers adaptés. Sa mise en œuvre s’est déjà traduite par la signature d’un accord de coopération avec la Bourse de Luxembourg en 2022. Cette Bourse faisant partie des leaders mondiaux dans ce domaine ».

Pour sa part Dr Kyung Nam Shin, Directeur général Adjoint du GGGI a exprimé toute sa reconnaissance à tous ceux qui ont contribué à l’élaboration de ce protocole d’entente et s’est réjouis de la perspective d’un partenariat fructueux avec la BRVM. Il a par ailleurs profité de l’occasion pour lancer un appel « Alors que nous avançons ensemble, réaffirmons notre engagement envers les principes de durabilité, d’innovation et de collaboration. En unissant nos forces, nous pouvons catalyser un changement positif et créer un avenir meilleur pour les générations à venir ».

Selon le Ministre ivoirien de l’Environnement, du Développement Durable et de la Transition Ecologique, M. Jacques Konan Assahore, ce protocole d’accord constitue le point de départ de la volonté affirmée des pays de l’UEMOA à travers les Contributions Déterminées au Niveau National de se tourner vers des sources de financement innovantes pour combler les besoins exprimés.

« L’enjeu est de taille pour la Côte d’Ivoire et les autres pays car si rien n’est fait, ils perdront des points de croissance à l’horizon 2030. Finançons massivement la transition écologique pour sauver notre planète » a-t-il exhorté.

Avec BRVM