Maroc: « One- on – One », le speed-dating boursier de CFG Bank

0
501
Bachir Tazi, DG Adjoint de CFG Bank Capital Markets, Souad Benbachir, ADG-associée de CFG Bank, et Younes Benjelloun, DG de CFG Bank. Credit photo: lematin
Du 4 au 6 octobre 2017 s’est tenue à Marrakech la 4ème  édition de  la conférence « One- on – One » organisée par la banque d’affaires casablancaise CFG Bank. Cette édition a réuni 50 investisseurs étrangers, 30 entreprises cotées à la bourse de Casablanca et, pour la première fois, une douzaine d’investisseurs marocains.  

 
Cette rencontre a permis de mettre en contact 50 investisseurs venus des quatre coins du monde et des  sociétés cotées à la Bourse de Casablanca. Au total, ces investisseurs étrangers pèsent 5000 milliards de dollars dans le monde, dont 600 millions au Maroc, selon la CFG. Ils correspondent donc à 1/3 des investisseurs étrangers au Maroc, qui totalisent 1,8 milliards de dollars.
Cette année, pour la première fois, des investisseurs marocains ont été conviés à ce rendez vous. Il s’agit  notamment d’OPCVM, de compagnies d’assurances et de fonds de pensions.
 
Comme dans tout bon « speed-dating », le rythme des rencontres était soutenu. Chaque investisseur a rencontré en moyenne 7 à 8 sociétés émettrices par jour (25 sociétés marocaines et 4 tunisiennes au total). Soit près de 500 rendez-vous aménagés entre investisseurs et émetteurs sur ces journées. Ces dernières devaient pitcher leurs résultats et répondre aux questions précises des investisseurs venus faire leur  « shopping boursier ».
Ces sociétés ont ainsi l’opportunité  « de concentrer l’effort qu’elles auraient fourni en un an sur deux jours, et donc d’être plus efficace » nous précise Souad Benbachir, Directrice Générale de CFG Bank. « Cela permet également à la firme cotée d’être challengée car elle est benchmarkée par rapport à ses concurrentes dans d’autres pays des marchés frontières », poursuit Souad Benbachir.
 
A l’issue des deux jours de rencontres effrénées, difficile de quantifier les retombées car personne ne souhaite s’exprimer sur les opérations conclues ou en cours.
Mais une chose semble certaine l’événement prend de l’ampleur. La participation a connu une hausse de 20 à 25% par rapport à l’année précédente, « synonyme du dynamisme de la place casablancaise »  selon le management de CFG.
 
 
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici