Sahel : la BAD s’engage à mobiliser 6,5 milliards $ pour l’Initiative de la Grande muraille verte

0
173

 

A la faveur d’un forum qui s’est tenu ce lundi 11 janvier 2020 en marge du « one planet summit 2021 », à Paris, la Banque Africaine de Développement s’est engagée à mobiliser 6.5 milliards de dollars soit 3489 milliards de FCFA, pour la construction de la Grande muraille verte, un projet historique dans la région du Sahel visant à revendiquer une bande de 8000 km de long et de 15 km de large, allant du Sénégal à Djibouti. 

Ces ressources permettront de mettre en œuvre une série de programmes de soutien à la Grande muraille verte, en s’appuyant sur des sources de financement internes et externes, entre autres, le Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA), le Fonds vert pour le climat (FVC) et le Fonds pour l’environnement mondial (FEM).

Des partenaires multilatéraux de développement se sont joints à la Banque pour aider à mobiliser un financement en faveur de cette initiative promue par l’Afrique, qui vise à restaurer les paysages désertiques actuels de l’Afrique, en assurant la sécurité alimentaire, en créant des emplois et en incitant des millions d’Africains, du Sénégal à Djibouti, à rester dans la région du Sahel.

S’exprimant en visioconférence depuis Abidjan, Adesina a prévenu les participants : « La Grande muraille verte fait partie du système de défense de l’environnement en Afrique­‑ Un bouclier contre les assauts de la désertification et de la dégradation (de l’environnement). L’avenir de la région du Sahel en Afrique dépend de la Grande muraille verte. Sans elle, le Sahel risque de disparaître sous l’effet du changement climatique et de la désertification. »

Le changement climatique est la cause de températures extrêmes, de précipitations fluctuantes et de la sécheresse au Sahel, une région où vivent 250 millions de personnes dans dix pays, dont les moyens de subsistance et les progrès durement acquis en matière de développement sont menacés.

Le plan de la Grande muraille verte consiste à planter une mosaïque d’arbres, de prairies, de végétation et de plantes sur 8 000 kilomètres de long et 15 kilomètres de large à travers le Sahara et le Sahel pour restaurer les terres dégradées et aider les habitants de la région à produire une nourriture adéquate, à créer des emplois et à promouvoir la paix. « La Grande muraille verte est un mur qui vaut la peine d’être construit. Un mur qui rassemble les populations, et non un mur qui les sépare. Un mur qui met à l’abri, et non un mur qui isole. Un mur qui protège notre existence collective. Un mur pour l’environnement – un mur pour la planète », a plaidé Adesina.

D’autres engagements ont été pris au cours du forum, parmi lesquels 1 milliard d’euros de la Banque européenne d’investissement pour un nouvel appui financier et technique à l’agriculture durable, au financement de l’énergie propre, à l’eau, aux infrastructures et au secteur privé dans 11 pays du Sahel, et 600 millions d’euros de l’Agence française de développement (AFD).

Rachelle SEKONGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici