Bourse : 2018, encore une année sombre pour la BRVM

Selon l’ l’agence Bloomfield investment, en 2018, les principaux indices de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières(BRVM) ont encore connu un regressement. La BRVM a donc connu des moments sombres en 2018.

0
534

A en croire le rapport 2018 de l’agence, cette  régression des principaux indices de la BRVM s’explique par trois raisons particulières.

A savoir, la déception des investisseurs qui est due d’une part à l’inversion des tendances après les hausses significatives observées en 2014 et 2015. Et d’autre part de la non réalisation des gains espérés (sur 45 entreprises, 13 ont réduit leurs dividendes par action en 2018 et 12 n’en ont pas distribué

En outre,selon toujours bloomfield, les craintes sur l’économie Ivoirienne due à la situation socio-politique tendue du pays à l’approche des élections présidentielles  de 2020.

A cela s’ajoute la faillite d’une importante entreprise exportatrice de cacao nommée Saf cacao  qui d’après l’agence, a emmené les investisseurs à voir d’un mauvais œil  les titres des banques ivoiriennes cotées sur la BRVM.

Toutefois,  l’agence de notation estime que des points positifs  de la bourse ivoirienne méritent d’être soulignés. Notamment l’augmentation du nombre de titres qui ont terminé l’année avec une plus -value. En effet, de 3 en 2017, ce nombre passe à 7 en 2018.

La mise en œuvre du programme de formation de pme, Elite BRVM Lounge, avec 20 entreprises sélectionnées, qui permettra à terme de booster le marché est en plus, une performance à relever.

Comme la BRVM, l’agence annonce que d’ autres marchés africains ont par ailleurs, connus des contreperformances au cours de l’année 2018. A l’exception de la bourse de Tunis et de Maurice.

Ainsi, selon le rapport de bloomfield, les baisses les plus importantes ont été enregistrées au niveau des bourses du Nigéria et de Nairobi avec moins de 18% des indices.

Ces contreperformances s’expliqueraient aussi, d’après l’agence, au-delà des raisons spécifiques à chacun des marchés, en partie par le relèvement graduel des taux d’intérêt de la banque centrale des Etats-Unis survenu en cours d’année. Ce qui aurait incité les investisseurs internationaux à préférer les marchés américains, en raison de rendements meilleurs.

Pour rappel, après 4 années consécutives de gloire( 2012-2015), la BRVM ne se retrouve plus et voit ses indices chuter de plus en plus. selon le rapport 2017 de Bloomfield, la BRVM a achévé une année 2017 en baisse, dans le sillage d’une année 2016 pas productrice avec moins de 3,9 du BRVM composite.

Meliane Nomel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici