UEMOA : Baisse de 580 milliards des actifs extérieurs nets des institutions de dépôt en un an

Les actifs extérieurs nets (AEN) des institutions de dépôt de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ont connu une baisse de 580,9 milliards de Avril 218 à avril 2019. L’information est donnée par rapport mensuel de fin avril 2019 de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

0
376

 D’après la note de la BCEAO, cette baisse intervient pendant  que les créances intérieures de ces institutions ont progressé de 3.177,1 milliards. Le chiffre annuel est donc de 29.553,4 milliards, soit 12,0% de plus en rythme annuel.

Selon toujours ce rapport, cette situation se justifie par la dégradation des AEN de la BCEAO (-550,5 milliards)’’. Il annonce également que les réserves officielles de change de la BCEAO d’un montant de 9.040,2 milliards, ont baissé de 3,8% par rapport à avril 2018.

Cette situation est due notamment à  la faible mobilisation des ressources extérieures par les Etats durant les quatre premiers mois de l’année en cours comparativement à la même période de l’année dernière où le Sénégal et la Côte d’Ivoire avaient levé 2.010,9 milliards sous forme d’euro-obligations. Explique la BECEAO ‘’La couverture des importations de biens et services par les actifs de réserves est ainsi ressortie à 4,9 mois à fin avril 2019. Le taux de couverture de l’émission monétaire ressort à 77,3% après 76,6% en mars 2019’’, revèle le rapport

Toutefois, note toujours le rapport de la BECEAO,  les créances intérieures  se sont  établies à  29.553,4 milliards. Elles ont donc progressées de 3.177,1 milliards soit  12,0%, en rythme annuel. Et se place ainsi en liaison avec la hausse des créances sur l’économie et de celles sur les administrations publiques centrales (APUC). Son taux de croissance taux de croissance  sur l’économie s’est établi à 9,0% contre 9,8% à la même période de l’année 2018.

« La hausse du rythme de progression des créances sur l’économie entre mars et avril 2019 (9,0% contre 8,0% en mars) est justifiée par celle de nouvelles mises en place de crédits ‘’. Précise le rapport. Pour rappel, la situation monétaire de l’Union à fin février 2019 est marquée par une progression, en glissement annuel, de la masse monétaire (+9,0%), portée par l’accroissement de sa contrepartie extérieure et les créances des institutions de dépôt sur l’économie. Au niveau des composantes de la masse monétaire, les dépôts et la circulation fiduciaire se sont accrus respectivement de 8,6 pour cent et 10,2 pour cent. 

Meliane Nomel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici