Ghana : La fintech Zeepay finalise sa levée de fonds pour soutenir son expansion en Afrique

0
179

Zeepay, fintech ghanéenne a annoncé la clôture d’un investissement en fonds propres visant à élargir ses opérations sur le continent africain ainsi qu’aux Caraïbes. Le tour de table a impliqué les sociétés d’investissements panafricaines Africa50, Oikocredit, Injaro, Verdant Capital Hybrid Fund et I&P. Le montant de l’investissement n’a pas été révélé.


Les fonds contribueront à renforcer les opérations de Zeepay, en l’occurrence les services d’envois de fonds transfrontaliers et de mobile money, en Afrique et aux Caraïbes.

Le consortium d’investisseurs s’est dit ravi de s’associer à Zeepay pour soutenir son rôle crucial dans l’écosystème des infrastructures de paiement numérique sur le continent africain et au-delà.

« Cette levée de fonds nous aidera grandement à achever notre campagne d’expansion dans le reste de l’Afrique. Notre plan à court et moyen terme est d’élargir nos services d’argent mobile à un minimum de dix pays supplémentaires au cours des deux prochaines années, en tirant parti des envois de fonds en partenariat avec MoneyGram, et nous sommes ravis de voir cette vision se concrétiser », a indiqué Andrew Takyi-Appiah, fondateur et PDG de Zeepay.

Spécialisée dans la gestion du règlement instantané d’envois de fonds vers des portefeuilles d’argent mobile en Afrique et aux Caraïbes pour le compte des principales organisations internationales de transfert d’argent (IMTO), Zeepay a été fondée en 2014. La fintech a déjà levé plus de 24 millions $ pour accélérer sa croissance sur ses marchés, notamment en Afrique et dans les Caraïbes.

Elle est présente dans une vingtaine de pays dans le monde et grâce à sa technologie et ses divers partenariats, la fintech permet d’envoyer de l’argent à l’étranger via un portefeuille mobile vers plus de 150 pays en temps réel.

Cette levée de fonds marque une étape importante dans le parcours de Zeepay pour devenir un leader panafricain des services financiers mobiles, avec un impact significatif sur la vie de millions d’utilisateurs mal desservis en Afrique et aux Caraïbes.

Jemima Orou avec Wearetechafrica