Banque Africaine de Développement : Le Bénin et la Côte d’Ivoire, premiers bénéficiaires de la Banque verte africaine

0
233

La Caisse des Dépôts et Consignations du Bénin (CDC Bénin) et la Banque Nationale d’Investissement en Côte d’Ivoire (BNI) seront les premières institutions publiques africaines à bénéficier des premières facilités de financement vert de la Banque verte africaine, une initiative novatrice que la Banque Africaine de Développement (BAD) s’apprête à déployer.

En sa qualité de première institution de financement du développement en Afrique, la BAD ne se contente pas de fournir des ressources budgétaires aux pays africains ; elle stimule également le soutien mondial en promouvant une croissance résiliente, verte et durable.

En novembre dernier, la BAD a lancé l’initiative de la Banque verte africaine en soutien à la mise en œuvre des Contributions Déterminées au niveau National (CDN) des pays africains qui restent confrontés à d’importants défis pour financer leur transition climatique. Alors que les besoins d’investissement résultant des contributions déterminées au niveau national sont estimés à 2 800 milliards de dollars américains d’ici à 2030, les fonds investis sur le continent ne représentent qu’une infime part des flux mondiaux de financement vert, et la part couverte par le secteur privé reste limitée.

L’initiative de la Banque verte africaine a été conçue dans le cadre de mesures visant à faciliter l’accès au financement mondial, qui passerait de 3 % actuellement à 10 % par an d’ici à 2030. Elle a été lancée suite à une évaluation menée par la BAD et les Fonds d’investissement climatiques dans six pays africains : le Bénin, le Ghana, le Mozambique, la Tunisie, l’Ouganda et la Zambie.

L’évaluation a révélé que les banques vertes ont un potentiel important pour attirer de nouvelles sources de fonds catalytiques, lorsqu’elles soutiennent un développement à faible émission de carbone et résilient aux changements climatiques, par le biais de capitaux mixtes et de la mobilisation d’investissements privés locaux pour des investissements verts en Afrique.

« L’initiative de la Banque verte africaine est un outil puissant pour réduire les coûts de financement et mobiliser les investissements du secteur privé dans l’action climatique en Afrique », a déclaré le vice-président de la BAD chargé de l’Énergie, de l’Électricité, du Climat et de la Croissance verte, Kevin Kariuki.

Les Fonds d’investissement climatiques, un important mécanisme mondial de financement de la lutte contre les changements climatiques, Action climatique en Afrique du Canada, le Green Bank Network et la société européenne de gestion d’actifs, Amundi, soutiennent l’initiative.

JO avec Agence Ecofin