CEMAC : Les pays projettent de lever l’équivalent de 5,4 milliards USD sur le marché régional en 2024

0
271

Les 6 pays membres la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) prévoient de mobiliser un peu plus de 3 327 milliards FCFA (environ 5,4 milliards USD) sur le marché régional des capitaux en 2024, selon les calculs réalisés sur la base des calendriers prévisionnels d’émission de chaque Trésor public. Ces levées de fonds se feront pour certaines sur le marché des titres publics à travers des séances adjudications et sur marché financier via des appels publics à l’épargne.

Le Cameroun compte mobiliser un total de 853 milliards FCFA en 2024, soit 171 milliards FCFA de moins que la réalisation de l’année dernière. Le pays va notamment émettre pour 410 milliards FCFA de Bons du trésor assimilables (BTA) ; 241 milliards FCFA d’Obligations du Trésor Assimilables (OTA) et un emprunt obligataire de 200 milliards FCFA sur le marché financier, prévu au 2e trimestre. Cette enveloppe servira à couvrir une partie de son déficit budgétaire et de trésorerie estimé à 1 577,6 milliards FCFA.

Le Gabon sera légèrement au-dessus en termes de sollicitations avec un besoin prévisionnel exprimé de 854 milliards FCFA auprès des investisseurs domestiques dont 4243 milliards FCFA de BTA et 430 milliards FCFA d’OTA. Libreville devrait être sevré de la plupart des financements de ses partenaires bilatéraux et multilatéraux (FMI, la BAD, l’AFD) d’où l’offensive très prononcée sur le marché domestique cette année. Le pays prévoit également un emprunt international de 778 millions USD destiné à refinancer ses euro-obligations arrivant à échéance en 2025.

Le Congo arrive en 3e position et devrait solliciter jusqu’à 670 milliards FCFA, selon la Direction générale du Trésor du pays. Brazzaville avait initialement indiqué qu’il ne sollicitera pas d’emprunts cette année, pour lisser son profil émetteur, avant de revenir sur sa décision. Le Tchad, la Guinée Équatoriale et la RCA tablent respectivement sur 400 milliards FCFA, 350 milliards et 200 milliards FCFA.

L’enveloppe que les pays de la CEMAC comptent solliciter ne représente, que le tiers de ce que prévoit mobiliser les pays de l’UEMOA, et se situe en dessous de l’objectif de financement annoncé par la Côte d’Ivoire cette année (4041,6 milliards FCFA). Preuve d’un dynamisme plus prononcé du marché des capitaux dans la région ouest-africaine.

Pour la CEMAC, il est important de relever que les levées de fonds prévues s’effectueront dans un contexte particulier où les investisseurs sollicitent des taux de rendements assez élevés dans le sillage des mesures de la BEAC visant à réduire la liquidité bancaire et contrer l’inflation.

Avec Sika Finance