Ghana, un appui de 1,5 milliard de dollars au FMI

0
364
Each spring, thousands of government officials, journalists, civil society organizations, and participants from the academia and private sectors, gather in Washington DC for the Spring Meetings of the World Bank Group and the International Monetary Fund. At the heart of the gathering are meetings of the IMF's International Monetary and Financial Committee and the joint World Bank-IMF Development Committee, which discuss progress on the work of the IMF and the World Bank Group. Also featured are seminars, regional briefings, press conferences, and many other events focused on the global economy, international development, and the world’s financial markets. This year’s Spring Meetings events will take place in Washington, D.C., April 17-19, 2015. Photo: Simone D. McCourtie / World Bank

Le Ghana pourrait demander jusqu’à 1,5 milliard de dollars soit 965 466 150 000 FCFA au Fonds monétaire international pour consolider ses finances et regagner l’accès aux marchés mondiaux des capitaux.

Le deuxième plus grand producteur de cacao et d’or du continent est revenu sur sa décision politique de ne pas demander l’aide du prêteur multilatéral alors que les perspectives de l’économie mondiale se détérioraient. Le montant final du prêt sera décidé après les évaluations initiales, a déclaré le ministre des Finances Ken Ofori-Atta lors d’un entretien téléphonique, quelques heures avant le début des pourparlers avec le FMI dans la capitale nationale, Accra.

C’était une décision difficile mais la bonne “parce que les perspectives mondiales étaient vraiment sombres et ses effets négatifs sur l’économie ghanéenne étaient flagrants”, a déclaré Ofori-Atta. Après que Moody’s Investors Service a abaissé la note du Ghana, le pays a perdu l’accès aux marchés de capitaux étrangers et “d’où notre incapacité à obtenir les dollars nécessaires, ce qui a créé des problèmes de balance des paiements et une éventuelle réduction de nos réserves”.

La 17e décision du pays de faire appel au FMI pourrait aider l’administration du président Nana Akufo-Addo à éviter le sort du Sri Lanka en difficulté, qui a demandé un renflouement au prêteur plus tôt cette année après avoir évité le soutien pendant des mois en raison des mesures d’austérité impliquées. Le Ghana se bat pour stabiliser la dette qui est passée à 78 % du produit intérieur brut fin mars, contre 62,5 % il y a cinq ans.

“Un programme du FMI donnera aux réformes du gouvernement la crédibilité qui lui manquait, ce qui ouvrira l’accès à des financements supplémentaires”, a déclaré Yvonne Mhango, responsable de la recherche de Renaissance Capital pour l’Afrique subsaharienne, dans une réponse par courrier électronique aux questions. Cet accès dépendra “du résultat de l’évaluation du FMI, en particulier de la viabilité de la dette du Ghana”, a-t-elle déclaré.

Les obligations en dollars du pays, qui se négocient à des niveaux en difficulté, ont bondi après que le gouvernement a annoncé son intention de rechercher un soutien vendredi. Les investisseurs craignaient que le Ghana ne soit pas en mesure de refinancer la dette extérieure après la pandémie et la guerre en Ukraine a fait monter en flèche les coûts d’emprunt.

Rachelle SEKONGO avec Bloomberg

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici